Billet d’humeur – La théorie du « un peu plus, un peu moins »

3202302109_1_2_LHV6OjHd

Dans la série des excuses, celle-ci est l’une de mes préférées, si ce n’est la meilleure.

La théorie du « un peu plus, un peu moins » est celle qui nous conduit à ouvrir un nouveau paquet de clopes, avaler la dernière chips, traverser la France pour y retrouver un inconnu à qui on a échangé 3 mots sur Tinder et bien plus encore.

Cette théorie serait-elle sans limite ?

Monsieur Toujoursplus s’enthousiasme pendant que Madame Limitonslesdégâts tente de modérer.

C’est le verre de trop, l’assiette en rab à la cantine, la pause après la pause, le SMS en pleine nuit, la blague qui dure, le soupir après l’agacement, le cri après le soupir, le claquement de porte après le cri.

C’est Secret Story après Le Loft, Damso après Jul, Les Bronzés 3 après Les Bronzés font du ski (mon dernier article évoquait Rimbaud, j’ai cru bon d’ouvrir l’horizon culturel de ce blog).

C’est le « mourir de ça ou d’autre chose… », le « au point où on est… », les épaules levées et l’air déconfit.

Ce serait si drôle si les excès n’avaient pas parfois le nom d’une maladie imprononçable, d’un chagrin qu’on aurait pu éviter (le fameux mec qu’on traitait de connard auprès des copines et qu’on a fini par laisser atterrir dans notre lit – je ne précise pas les passages autobiographiques mais disons que oui, mon cas est un sujet très inspirant), de la dizaine de kilos en trop qu’on rabat comme on peut dans des leggings étriqués.

Le « on a qu’une vie » nous mène parfois à des situations bien étranges. Sans doute lui qui, hier, m’a fait randonner sous une pluie battante et revenir en stop.

Dans une ancienne vie, j’aurais sûrement fait machine arrière parce qu’au-delà de redécouvrir que l’eau, ça mouille, j’ai aussi pu constater ou re-constater que l’eau, ça colle, ça se répand, ça plaque mes cheveux (pas comme dans une pub Ushuaia mais plutôt comme un yorkshire qu’on aurait plongé dans la baignoire, l’odeur en moins) et mes fringues (et là encore rien à voir avec un quelconque car wash de blonde siliconée).

Non, j’étais juste moi, en franchement moins chouette et le mascara, seul artifice que je m’étais autorisé pour séduire la montagne n’en finissait pas de tracer des petits pâtés noirs informes sur mes joues de fausse sportive téméraire.

Mais à bien y réfléchir force est de constater que l’eau n’empêche pas d’avancer et que petit bonus elle fait fuir tous ceux qui n’avaient pas eu l’info me laissant savourer ma rando trempée mais seule.

Alors peut-être que si on revoyait les raisons mêmes qui nous gameofthronise tous les dimanches, outre l’attraction évidente entre nos fessiers et le molleton de nos canapés suédois, nous pourrions oser autre chose. Oui, la fille a randonné sous la flotte et s’improvise prêtresse de l’audace mais on peut peut-être me laisser cette petite victoire sans hurler à l’imposteur, ça vous coûtera un commentaire désobligeant en moins (que vous pouvez aisément reporter sur un autre article, d’un autre blog – me contacter si besoin de nom).

Une fois n’est pas coutume, je me suis quelque peu égarée.

Ah oui, la théorie du « un peu plus, un peu moins ». Et bien après cette mini thèse de dimanche soir, je vais trancher et choisir définitivement le « un peu plus » qui malgré les petits et gros tracas qu’il cause m’excite nettement plus. Même si « les Bronzés 3 » est un navet qui n’a pas son pareil et Damso une insulte suprême au Rap, style musical que j’affectionne pourtant particulièrement, les suites de trop et les pâles imitations subliment toujours autant les réussites.

A bientôt pour de nouvelles divagations

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s