Fuir ou s’ouvrir ?

DSC04001

J’ai découvert le voyage très jeune. Je suis partie en Floride quand j’avais 14 ans. Ce n’était pas le déclic. Pour autant, je savais que le voyage ferait parti de ma vie, je savais qu’un jour j’aurais cette envie irrésistible de découvertes, que je ne pourrai pas me satisfaire de ce que je connaissais déjà.

Et après 10 ans de sédentarité et d’ennui en couple, je me suis retrouvée seule. Non, j’ai choisi d’être seule me parait plus approprié.

Enfin seule je ne le serai jamais vraiment. Car si vous m’avez lue un peu, vous savez que je suis maman depuis mes 25 ans et que je vais en avoir 34.

Loin de la voyageuse insouciante qui peut tout claquer du jour au lendemain devant une Promo sur Ryanair, j’ai dû faire des compromis pour allier cette envie profonde et mes obligations de jeune mère. Au moment où j’écris cet article, je suis dans mon salon, je viens de préparer un gâteau pour son goûter et je m’apprête à aller la chercher à l’école. Quand je vous disais qu’on était loin de la baroudeuse insatiable…

Mais comme le renoncement ne fait pas parti de mes convictions, je compose avec la situation et les week-end kid free sont souvent l’occasion de petites virées plus ou moins improvisées.

P1030638

J’ai profité tant que possible de mes amies du temps de leur célibat, je suis moi-même partie en couple plus d’une fois (et avec plus d’un mec) et il y a eu ce jour.

C’était un 13 février, 3 mois plus tôt, l’homme que je pensais épouser et que j’aimais comme on peut aimer lorsque l’on est prête à se faire passer la bague au doigt m’a quittée. Comme ça. Sans préavis. Envahie par mon chagrin que je me traînais invariablement, j’ai reçu un message d’un ami : « Ok, maintenant c’est quoi ton plan ? Tu as 1 heure pour me donner ton plan ». J’étais shootée aux anxiolytiques, courbée dans mon lit à attendre que ça passe, parce qu’on me l’avait juré : le temps ferait son œuvre. Pourtant, j’ai balancé la couette, attrapé un sac à dos que j’ai fourré des premières affaires qui me passaient sous la main et je suis allée à la Gare.

En réalité, j’avais pas vraiment de plan. J’ai regardé le tableau d’affichage et après un peu plus d’une heure de train, je me suis retrouvée à Etang sur Arroux. Vous ne connaissez pas ? Etrangement moi non plus l’heure précédente. J’ai pleuré comme une débile dans les rues sombres et désertes de ce trou paumé, me maudissant d’avoir écouté cet ami. Une heure plus tard je mangeais des crêpes chez un inconnu qui avait quelques chambres d’hôtes. C’était ça ou ma couette. J’ai trouvé que j’étais pas si mal.

Ce petit périple m’aura appris 2 choses. La première c’est que l’aventure n’est pas nécessairement à l’autre bout du Globe. La seconde c’est que non seulement j’en étais capable, seule, mais qu’en plus j’y prenais du plaisir.

Ce jour-là j’avais fui mon chagrin et dans ma fuite, je m’étais ouverte à d’autres envies que je ne me connaissais pas.

Quand je lis les blogs de globes-trotteuses, c’est fou comme nous pouvons être nombreuses à nous être tournées vers le voyage suite à une rupture. Certaines se retrouvent avec un corps de Déesse grecque à force d’entraînement, d’autres se lancent dans une formation professionnelle qu’elles n’auraient jamais osées entreprendre du temps où et enfin d’autres, comme moi, finissent par envahir leur Instagram de photos de paysages, de rencontres inattendues et de tout ce que le voyage peut impulser dans nos vies parfois ennuyeuses. Je n’irai pas jusqu’à remercier le bourreau de mon petit cœur autrefois meurtri mais quand même, j’ai trouvé dans ce chagrin l’énergie d’aller chercher ce que je ne trouvais pas dans le confort douillet de mon appartement.

IMG_6192

Depuis ce jour, j’ai enchaîné les petites aventures du type, de plus en plus convaincue qu’à mon retour je reviendrai la tête remplie d’anecdotes parfois drôles, parfois usantes mais toujours aussi stimulantes. De New York à Split, de Genève à Ibiza, d’Etang sur Arroux à Biarritz, la destination importait, ce qui m’attendait là-bas encore davantage.

J’aime l’idée d’avoir un Chez moi et j’envisagerais difficilement ma vie entière sur les routes mais la liberté des voyages en solo est un kiffe qui n’a pas son pareil.

Je me revois encore à Lausanne à hâter le pas pour admirer la vue au bord du Lac. Je me suis sentie sourire, ce sourire qu’on peine à réfreiner et qui vaut bien toutes les heures qu’on peut passer à se peinturlurer la trombine à coup de fards à paupière et de mascara. J’étais bien. Juste bien.

J’ai fait des rencontres complètement folles, dans des covoiturages, en Couchsurfing, dans des bus, des salles de concerts, j’ai vaincu ma crainte de ne pas être à la hauteur des défis que je me lançais à moi-même, j’ai décidé qu’avec ou sans Jules, avec ou sans ami disponible, il y aurait des voyages. Peu importe la ferveur du moment, ils me donnent toujours une nouvelle impulsion, comme ici à Barcelone lorsque j’ai été embarquée à 4h du matin dans un EVG avec un homme que j’aurais moi même épousé volontiers…L’histoire dit que je suis tombée pendant la course sur le sable me retrouvant la robe au dessus du string. Affalée sur la plage offrant mon royal fessier (à la vue seulement, je vous vois venir!!)en guise de souvenir au futur marié 🙂

BARCELONE 476

Je ne blâme pas ceux pour qui le voyage paraît une contrainte ou qui n’en ont tout simplement pas envie. Mais j’encourage tous ceux pour qui seule la peur est un obstacle. Car cette peur je l’ai eue et soyons honnête je l’ai parfois bien souvent encore. Je n’ai pas encore eu mon grand voyage à l’autre bout de la Planète en pleine pampa mais j’ai la certitude qu’il viendra et qu’à ce premier essai, viendront s’en ajouter d’autres, et encore d’autres…et je l’espère un jour accompagnée du premier Défi de ma vie, Elle.

P1030367

2 réflexions au sujet de « Fuir ou s’ouvrir ? »

  1. Que je me reconnais dans cet article ! Je suis en couple, mais j’ai tellement besoin de mon indépendance afin de partir à l’aventure, quand j’en ai envie, où j’en ai envie, sans avoir de contrainte de temps ni de rien. Partir à l’aventure (même tout près ça c’est sur !) c’est se découvrir soi-même mais aussi découvrir les autres

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s