Maman solo, Maman bobo?

img_1815

Je ne veux pas que ce blog devienne un journal intime, pour autant je souhaite garder cette ligne de conduite qui consiste à traiter de sujets que je connais de près ou de loin.

Quand on me parle de mon statut de mère célibataire et des éventuelles difficultés associées, j’entends souvent des « ça ne doit pas être évident dans ta situation » (ce « dans ta situation » aura ma mort) et autre « la solitude doit être pesante »…

J’ai aujourd’hui envie de rassurer tout le Monde. Qui croit une seconde qu’avec une tornade de 8 ans aussi maline que perspicace, je souffre d’ennui et de solitude ? Qui peut croire un instant que parce que je suis (presque) seule à l’élever, je suis à plaindre ?Mon taf m’ennuie, faire le ménage m’ennuie, saisir des notes de frais dans des tableaux Excel m’ennuie, faire les comptes m’ennuie mais être maman m’éclate !!

Pour autant, être maman ne signifie pas forcément faire les choses qui seraient pour une majorité prédestinées aux « bonnes mamans ». Juste pour illustrer ce que j’énonce, j’ai par exemple très vite compris que regarder ma fille jouer dans un bac à sable au parc de mon quartier pendant que je serai sagement à l’attendre sur un banc ne serait pas ma tasse de thé. Ce sera d’ailleurs certainement l’objet d’un prochain article.

Je n’idéalise rien et évidemment que certains jours sont plus durs, évidemment que lorsque ma douce est couchée, il m’arrive d’avoir envie de parler à un adulte, avec un langage d’adulte, des difficultés d’adulte, une écoute d’adulte…

Mais nom de Dieu, arrêtons de toujours vouloir tout dramatiser !

Tant que nous plaindrons tous ceux qui ne sont pas dans un schéma « traditionnel » et donc potentiellement (et j’insiste sur le « potentiellement ») confrontés à des difficultés financières, sentimentales ou que sais-je encore, nous continuerons de fabriquer des gens complexés, frustrés et plaintifs.

Le savoir ne m’empêche pas de parfois péter un câble, de m’agacer, de vouloir tout envoyer valser mais il me fait au moins prendre conscience de cette chance que j’ai.

J’ai 33 ans, je suis maman depuis 8 ans, et c’est bien là l’expérience la plus riche et la plus enthousiasmante que j’ai connue.

C’est aussi celle qui me permet une remise en question quotidienne.

Quand je suis trop sur mon téléphone, c’est elle qui me dit « Tu m’écoutes maintenant ? Arrête avec ton téléphone ! ».

Quand je suis trop préoccupée par des vidéos futiles sur internet, c’est encore elle qui vient me voir pour me dire « Ce serait bien qu’on joue ensemble maintenant ».

J’apprends de ma fille autant que je l’espère, elle apprend de moi.

Etre maman solo n’est pas un petit paradis sur Terre ni la situation que je recommande à mes copines.

Mais on peut en tirer une force.

Si on le décide.